Oct. 2, 2017

L'épileptique que l'on traite comme un drogué

En combien de reprises, je me vois avec une société civile, une requête des ambulanciers à la police, incapable de diagnostiquer que je suis en convulsion. Ceux-ci parce que je suis incapable de répondre intelligemment, et que je suis en mouvement sans respecter leur ordonnance de me tenir tranquille décide simplement de me ligoter sur une civière croyant que je suis sur le surdosage d'une drogue grave. La honte suprême pour eux, ce qui est fait pour ce qui est fait, mais non seulement je ne suis pas en quelqu'onque surdosage mais que je suis également connu pour ne par prendre une médication pour laquelle je suis réfractaire. L'agent du SPVM qui se permet de m'ordonner de l' acheteur sur la civilisation. Il lui permet de permettre à l 'équipe de l' urgence du même hopital sur la banquette arrière de la voiture dans le code P38.
 
    Oui Oui et ce jusqu'a 5 fois dans une même journée. Un agent du SPVM ce qui permet de dire à l'infirmière urgentologue de me garder car je connais le pattern et que je sais quoi pour un être libérer. Ceci me rendant inapte à moi prévaloir de refuser un traitement de toute façon sans effet. Je suis connu réfractraire a tout anti-convulsivant disponible a se jours.
 
Le Blond