6. oct., 2017

Déception après déception du système médical au Québec

Ayant une scoliose de 45-50 degré à 68 ans... avec des problèmes chroniques de santé toute ma vie durant découlant de ce physique tout croche...qui intervenait dans ma santé en générale... insuffisance pulmonaire... insuffisance cardiaque... santé fragilisée...

Jeunesse contraignante à l’effort physique...bronchites chroniques… désuet d’énergie…manque de circulation... inflammation chroniques…

Mauvaises expériences médicales...mauvais diagnostiques d'hôpitaux d’enfance… diagnostics de cotes doubles répété pour insuffisance pulmonaire et bronchites chroniques qui était plus tôt causé par la déviation de ma colonne qui entrainait un désalignement de mes organes et de mon squelette humain.

Adulte, je me suis soumis à un test chez un chiropraticien qui lui, avec rayon X à l’appui, m’a décrit ma scoliose exacte et les dommages irréparables avec les années passées avec cette condition.

Vivant toute ma vie misérablement avec de l’inflammation chronique dans mes organes qui me détruit de l’intérieur...en plus du manque de circulation du sang ce qui a bouche la veine droite de mon cœur et qui forçait mon cœur de se débattre à des vitesses de 200 battements à la minute en département d’urgence de Verdun qui m’ont gardé dans cette condition près d’une semaine. J’aurais pu y laisser ma vie...On essayait d’arrêter mon cœur pour le faire repartir ce qui n’a rien changé à ma condition. Mon cœur battait toujours trop rapidement et enflait dangereusement. Pendant toute cette semaine d’enfer, le docteur m’évitait et aucun renseignement m’était donné... jusqu' au jour où on décida de m’envoyer à l’hôpital Hôtel-Dieu. Les spécialistes m’ont examiné et, à cause de la condition de ma santé fragilisée, ont décidé de me poser un défibrillateur pour régulariser la vitesse du cœur avec de la médication en relation...

Une décision de dernier recours en urgence un vendredi midi ...

Une autre expérience émouvante : étant de dernier recours, on demanda à un cardiologue qui était sur la marche de sortie de l’hôpital de venir compléter mon opération qui tourna au désastre.

À cause de mon squelette tout croche, ce qui rendait le travail plus complexe et plus long pour le cardiologue qui lui était mentalement dans sa fin de semaine. Super stressant d’entendre le cardiologue vociférer au sujet du retard à sa partie de golf pendant qu’il est en train de m’opérer. Un moment donné, je lui ai dit de me refermer et de m’opérer la tête plus tranquille un autre jour...ce à quoi il a dit au spécialiste de m’endormir et de me fermer la trappe...

 

Après l’opération dans la chambre de recouvrement, je sentais un d'écoulement sur mon corps et puis à force d’insister, j’ai fini par attirer l’attention de l’infirmière qui s’est aperçu que le sang giclait à travers ma plaie. Une panique s’en suivit tout en rejoignant le cardiologue avant son départ. Il se présenta à mon lit en demandant un banc pour s’élever au-dessus de moi et pour compresser ma plaie tout en demandant à l’infirmière de mettre une couverture renforcée sur la plaie pour mettre fin à la fuite.  Puis, il est parti sans ne me dire aucun mot pour me calmer.

Cette fuite a causé une hémorragie interne dans mon bras et dans l’estomac qui a pris une quarantaine de jours avant de se résorber sans aucune explication des deux hôpitaux en question dans mon dossier...

NB : désolation + désolation du système de santé à un prix exorbitant et puis on coupe les services pour faire vivre ce système d’incompétence à partir des docteurs de familles jusqu'aux services dans les hôpitaux et CLSC : système corrompu médical du QC.

Mau Dum