Qui a entendu parlé du retraitement des dispositifs médicaux

Opinions patients

Bonjour,

Ce qui m'a amené à vous, c'est l'article dans le Huffpost et le blogue de Monsieur Jacques Beaulieu qui s'intitule 2018: une année de changement en santé.  D'où il est question du système de santé et l'innovation.  Mais le point qui a soulevé mon intérêt à vous écrire concerne:  "LA RÉVOLUTION DE L'HYGIÈNE DU 19ème SIÈCLE". 

Comme vous dites si bien les patients ont le droit de savoir, je vous amènerais vers un univers peu connu du public, dans les années 50 nous parlions de stérilisation des instruments chirurgicaux, maintenant nous parlons de Retraitement des Dispositifs Médicaux.  Ce changement de terme est directement lié aux technologies médicales qui deviennent sophistiquées et qui se complexifient dans le futur de demain.  La guerre de l'homme et les divers agents infectieux, les infections nosocomiales et  les microorganismes omniprésents dans l'environnement hospitalier a de quoi inquiéter toute une population.  Le gouvernement a fait une prise de conscience sur cela en 2004 alors que la 4ème cause de décès au Québec était liée aux infections.  Leur point de repère a été dirigé vers des travailleurs ne travaillant pas directement avec le public, mais qui devait en assurer leur sécurité pendant les chirurgies, pendant leur examen d'endoscopie en exigeant une formation d'une années d'où je vous envoie un lien sur la nature de cette formation.

http://www.cegepsl.qc.ca/formation-continue/cours/retraitement-des-dispositifs-medicaux-aec/#Accueil

 

 
www.cegepsl.qc.ca
Le retraitement des dispositifs médicaux est une opération primordiale pour contrer les infections nosocomiales dans nos établissements de santé.

 


L'OMS émet des directives claires aux États Membres: 

http://www.who.int/medical_devices/policies/resolution_wha60_r29-fr.pdf?ua=1

 
www.who.int
RESOLUTIONS ET DECISIONS 111 WHA60.29 Technologies sanitaires1 La Soixantième Assemblée mondiale de la Santé, Ayant examiné le rapport sur les technologies ...

 

Malheureusement le Québec n'emboîte pas le pas et pourtant ces résolutions et décisions date de mai 2007.  En ne reconnaissant pas cette profession importante dans les établissements de santé pour aider à la lutte des infections.  Encore le gouvernement ne se préoccupe pas de la sécurité des patients.

Le gouvernement a beaucoup à cœur l'augmentation en salaire des médecins-spécialistes, mais ne veut pas investir sur la compétence, l'expertise, la formation du personnel qui est directement lié à la sécurité avant, pendant et après les chirurgies dans le domaine du retraitement des dispositifs médicaux.

Le diminutif commun est simple pourtant:     FORMATION=COMPÉTENCE=EXPERTISE=RECONNAISSANCE=SALAIRE=SÉCURITÉ=ASSURANCE QUALITÉ

En vous écrivant, je me suis dit que vous pourriez peut-être parler de ce travail exigeant mais très peu rémunéré en lien avec les responsabilités et le stress qu'il incombe.

Respectueusement mes salutations distinguées.

 

Caroline Gagnon

Préposée à la stérilisation

Chef d'équipe

Opinions et suggestions des patients

Suggestions pour la prochain campagne électorale

La prochaine élection doit se décider sur 3 points:

1) qui sera le prochain ministre de la santé.

2) de qu'elle équipe de sous-ministres sera t il ou elle entouré (e) pour rapidement renverser la situation en 3 ans.

3) les priorités devront être : un médecin de famille pour tous en dedans d'un an de façon obligatoire et obligation de prendre toute la population sans médecin de famille.... les services à domicile déductibles d'impôt en attendant on se les achète et on les déduits d'impôt.

_____________________________________________________________________________

Les aidants naturels

Pratiquement chaque jour, notre organisme rencontre des proches aidants à bout de souffle, épuisé et portant une lourde charge de culpabilité parce qu’ils ne sentent plus en mesure d’aider leur proche, un patient, à domicile.

Notre gouvernement, la société, demande que toute personne puisse vivre chez soi le plus longuement possible.  Noble souhait, mais qui, inévitablement, met une pression sur un proche qui doit prodiguer les soins à domicile lorsque la personne vit avec des limitations fonctionnelles.

Certes, les patients sont peu considérés dans l’organisation des soins.  Que dire alors de leur proche aidant?  Ils sont les négligés du réseau de la santé qui compte sur eux pour compenser les « trous de services », tout en leur offrant un soutien qui tient sur un fil tenu.

Les  aidants doivent eux aussi pouvoir compter sur des services dignes, appropriés, efficaces et accessibles.  Actuellement, il n’en est rien… ou presque.  Plusieurs ressources communautaires ou sans but lucratif offrent cette aide aux proches aidants, mais souvent avec des moyens limités ou des contraintes importantes.

Oui, le patient doit avoir sa place et être la raison d’être du réseau de la santé.   Cependant, le proche aidant ne doit pas être oublié.

 

Merci

 

Luc Chulak

Directeur général

Groupe des Aidants du Sud-Ouest

206 – 8564, boul. Newman  LaSalle, Qc  H8N 1Y5

514 564-3061

www.aidantssudouest.org