7. déc., 2019

En santé, les astres s’alignent

En santé, les astres s’alignent

Après un an de gouvernance caquiste en santé, il devient de plus en plus clair que les astres s’alignent pour une implication de plus en plus importante du patient non seulement dans sa santé personnelle mais aussi dans la gestion du système de santé.

L’implication du patient pour sa santé

L’évolution technologique a réalisé des bonds extraordinaires. Nous n’avons qu’à penser à ces montres intelligentes capables de détecter des problèmes cardiaques avant même qu’ils soient perceptibles, ou encore à ces défibrillateurs branchés en réseaux qui, grâce à l’intelligence artificielle, permettent de comparer et d’ajuster en temps réel l’activité cardiaque du porteur de l’appareil avec des centaines de milliers de personnes à travers le monde qui souffrent d’un problème semblable. Les tensiomètres et glycomètres domestiques sont devenus de plus en plus communs. Le Carnet santé Québec permet aussi à chacun d’avoir accès à ses données de santé, les résultats de ses analyses sanguines ou autres, etc. L’ère du patient partenaire est réellement en train de s’implanter et devient à la portée de tous. Pour accélérer cette évolution, il ne reste qu’à augmenter le plus rapidement possible le niveau de littératie en santé de l’ensemble de notre population. Le niveau de littératie est défini comme étant la quantité minimale de connaissances en santé nécessaire afin de comprendre un diagnostic ou un traitement posé par un professionnel. Pour accroitre ce niveau de littératie, tous les intervenants doivent faire leur part : le gouvernement, le milieu scolaire et les médias. Ces derniers, d’ailleurs, ne prêchent pas par exagération. À part la diffusion de grandes découvertes (ce qui n’arrive pas très fréquemment) qui leur garantit une bonne cote d’écoute ou de lecture, la grande majorité des médias sont passablement discrets sur les sciences de la vie. Vous en voulez la preuve : demandez à des personnes autour de vous de vous nommer 5 artistes ou 5 grands sportifs et vous obtiendrez bien des bonnes réponses. Puis demandez de nommer 2 grands chercheurs scientifiques d’ici et vous aurez droit à de beaux moments de silence.

L’implication du patient dans le système de santé

Alors que les gouvernements des 30 dernières années nous ont répété ad nauseam vouloir placer le patient au cœur du système au point où plus personne n’y croit, la ministre de la santé actuelle bénéficie de l’historique occasion de faire de son parti le seul à avoir enfin réussi l’exploit d’avoir placé le patient à la tête du système de santé en créant le Bureau des usagers. Il existe au Québec des dizaines d’organismes voués à la protection des malades. Il existe aussi moultes organisations où les patients peuvent acheminer leurs plaintes lorsqu’ils jugent ne pas avoir reçu les soins adéquats. Le tout est une véritable tour de Babel. Par contre, le ministère ne dispose que de peu de moyens pour communiquer avec la population. Nous l’avons dit, les médias sont plutôt effacés quand il est question de science de la santé. Et finalement, le ministère n’est pas bien outillé pour faire augmenter le niveau de littératie en santé pourtant bien nécessaire. Ces quatre piliers (organismes de protections des patients, organismes de gestion des plaintes des patients, information du ministère vers les patients et augmentation de la littératie en santé) formeront les appuis, les soutiens d’une table, où le ministère et la population pourront discuter.

Nous savons qu’en justice, il ne doit pas n’y avoir que la justice, mais aussi l’apparence de justice. Tout ceci est dans le but ultime de conserver la confiance du public envers le système de justice. En santé, les gens réclament à raison plus de transparence dans le système. Madame la ministre affirmait récemment qu’il était fini le temps des omerta en santé. La création du Bureau des usagers lui permettra non seulement de passer des paroles à l’acte mais de plus de démontrer la volonté ferme de son gouvernement de considérer le patient comme la partie la plus importante du système de santé. En somme, le Bureau des usagers pourra augmenter la transparence de notre système de santé et rendre la confiance de la population envers son système de santé. Comme quoi ici aussi, on pourra dire que la transparence ne suffit pas, il faut aussi qu’il y ait apparence de transparence...