4. avr., 2020

Science, COVID-19 et vanité

« Vanité des vanités, dit l'Ecclésiaste, vanité des vanités, tout est vanité.  Quel avantage revient-il à l'homme de toute la peine qu'il se donne sous le soleil? »   Ecclésiaste 1 :1 à 3

En 72 ans d’existence et en 41 ans de vulgarisation scientifique, après avoir écrit 36 livres et des centaines d’articles dans le domaine des sciences de la santé, c’est la première fois que je me permets d’utiliser une référence biblique dans un de mes textes. Certains penseront que ce confinement d’une semaine aura mis mon esprit à rude épreuve, mais personnellement, je ne crois pas. Alors qu’est-ce qui me permets de commencer ainsi ma réflexion ? Réponse le COVID-19.

Bien que je n’en sois pas atteint et que j’obéisse en tous points aux directives de notre Ministère, que l’on le veuille ou non, l’arrivée de ce nouveau virus sur notre planète a changé et changera de façon permanente notre existence.

Le présent article ne se veut pas exhaustif, loin de là. Nous en sommes aux premières secondes de ces changements. Regardons ici et là quelques amorces de ce nouvel univers qui se dessine.

Les changements environnementaux

« Le gouvernement investit plus de 180 milliards de dollars sur 12 ans dans le but de bâtir des infrastructures dans les communautés de l’ensemble du pays. » Ceci était annoncé il y a u an par le gouvernement du Canada dans le cadre du programme : Environnement et Changement climatique Canada. ( https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/nouvelles/2019/03/budget-de-2019-batir-une-economie-propre.html )

Ces centaines de milliards de dollars gérés ici et à travers le monde pour sauver notre planète de la surchauffe, de la pollution et ultimement de la disparition, n’auront en bout de ligne pas pesé bien lourd en comparaison avec ce qu’un ultramicroscopique virus aura réalisé en quelques mois en ce début 2020. Voilà un premier exemple de la vanité humaine. Nous qui croyions qu’avec nos beaux discours environnementaux, nos manifestations et nos milliards de dollars investis dans cette cause des plus importantes et urgentes, nous allions sauver la planète, voilà que ce COVID-19, pour l’appeler par son nom, réussit en quelques mois ce que nous avions mis des décennies à comprendre et à mettre péniblement en place. Eh oui, la pollution a baissé et la qualité de l’air et de l’eau semble s’améliorer à un rythme que tous nos budgets n’auraient jamais réussi à atteindre.

Les changements technologiques

Encore ici, les résultats de tous nos efforts ne seront pas d’un bien grand poids comparativement au développement accéléré des avancements technologiques rendus obligatoires par cette pandémie. En plus des multiples efforts qui seront déployés pour trouver des médicaments et les vaccins nécessaires, ce sont toutes les notions de télétravail qui, admettons-le, n’avançaient qu’à pas de tortue (pour ne pas dire stagnaient carrément) et qui doivent aujourd’hui s’appliquer de manière immédiate. La télémédecine connait et connaîtra une rapidité d’implantation que nul n’aurait pu prévoir n’eut été de l’aide du COVID-19. Et que dire de l’intelligence artificielle (IA) qui trouvera beaucoup plus rapidement ses nombreuses raisons d’être. On n’a qu’à penser aux automobiles et camions qui n’auront pas besoin de conducteurs, puisque programmées et contrôlés par l’IA. Des chirurgies à distance, des contrôles de densité de déplacements, des robots livreurs, tout est envisageable depuis que le fameux virus nous a mis sur la sellette.

Les changements sociaux

Ici, je n’irai pas très loin dans ma réflexion, bien que ce ne soit pas le désir qui manque. C’est plutôt ma formation dans ce domaine qui me limite. Mais depuis une semaine, mon épouse et moi ne voyons pas nos enfants, nos petits-enfants et nos arrières petits enfants comme nous avions l’habitude de les côtoyer avant le confinement. Et nous n’aurions jamais pensé devoir être privés un jour de ce cadeau de l’âge que sont pour nous les petits-enfants. Dans un autre ordre d’idées, comme tous nos congénères, nous rêvions de voyage et passions bien du temps dans les centres commerciaux et tout ceci nous apparaît aujourd’hui d’une terrible futilité. Après quelques semaines, voire quelques mois de ce confinement, la chose qui nous apparaitra la plus importante et même essentielle sera de revoir en personne les nôtres, nos familles et nos amis. Le COVID-19 rendra-t-il tous les êtres humains plus… humains ? Il faut le croire.

Bien oui, le monde a changé et continuera de changer.

Mais contrairement à ce que la vanité de l’homme croyait, ce ne sera pas à cause des milliards de dollars que nous avions investi dans la lutte à l’environnement ou dans les changements technologiques. La véritable cause est cette microscopique chose que l’être humain n’a pas inventée et que l’on a nommé COVID-19.

Vanité des vanité…