5. sept., 2020

Texte

Ces phrases, vous les avez très certainement entendues :

  • La Covid touche surtout les pays comme la Chine, l’Italie, l’Espagne, etc..
  • La Covid touche surtout les personnes de 70 ans et plus.
  • Les mesures de distanciation sociale et l’hygiène des mains sont plus importantes que le port du masque.
  • Les contaminations de la Covid touchent surtout les CHSLD.
  • Les contaminations de la Covid touchent surtout les CHSLD, surtout à Montréal.
  • Il y a deux Québec quant à la Covid, Montréal et le reste du Québec.
  • La Covid épargne plus les jeunes et les enfants.

Ces énoncés, bien que très vrais lorsqu’ils ont été émis, véhiculent un message dangereux. En réalité, ces messages ne présentent que le noir et blanc d’une situation. Par exemple, la Covid touche surtout les personnes de 70 ans et plus, peut faire penser à tous ceux qui ont moins de 70 ans qu’ils sont en relative sécurité. Ce qui, de toute évidence est faux. Aussi. Si vous n’habitez pas la grande région montréalaise, vous pouvez vous sentir aussi faussement en sécurité.

En réalité, en microbiologie autant que dans la vie en général, tout n’est jamais tout noir ou tout blanc. Mais nous avons l’impression que l’information a rétrogradé à l’époque des téléviseurs avant l’arrivée de la couleur à l’écran : l’époque des vieilles télés en noir et blanc.

C’est certain qu’au début, c’était plus rassurant de montrer des nouvelles qui soulignaient l’importance de cette pandémie naissante ailleurs, loin ailleurs, en Asie, puis en Europe, puis en Colombie Britannique. C’était sécurisant, mais, il s’agissait d’une fausse sécurité. Aurait-on pu suggérer aux gens de moins voyager en janvier, en février ou même en début mars dernier ? Certainement, mais on ne l’a pas fait : la Covid touchait surtout des pays comme la Chine, l’Italie, l’Espagne, etc..

Puis après, on a largement médiatisé que la Covid touche surtout les personnes de 70 ans et plus. Aurait-on pu nuancer en disant que certaines personnes âgées de 85 ans sont moins à risque que des personnes de 65 ans, diabétiques, obèses et souffrant de maladies cardiovasculaires ? Oui, on aurait pu le dire.

Les avantages du noir et blanc.

L’avantage premier est la facilité. Le message est plus clair et plus facile à énoncer. Tu as 70 ans et plus, tu dois rester confiné. Tu as moins de 70 ans, tu peux sortir. Ça se répète facilement, ça se comprend facilement. Si tu n’es pas du côté des bons, tu es du côté des méchants. C’est facile à comprendre, presque trop facile. Parce qu’il arrive souvent que les bons fassent des mauvais coups et à l’inverse que des méchants fassent preuve de bonté.

Tout n’est pas noir et blanc

En cas de pandémie, le plus grand défaut de cette vision dichotomique de l’univers est, comme nous l’avons vu plus haut est la fausse sécurité qu’elle engendre. En caricaturant un peu, je pourrais affirmer que si je vis à Mont Tremblant dans les Laurentides et que j’ai 25 ans, je peux me permettre de faire des fêtes avec des amis, boire, danser et chanter et que je n’ai pratiquement aucun risque de contracter la maladie. Après tout, je suis jeune, je n’habite pas à Montréal et je ne vis pas dans un CHSLD.

Le problème est que le virus ne voit pas

Le seul objectif et le seul talent d’un virus est de trouver un individu à l’intérieur duquel il pourra fabriquer autant de ses semblables qu’il le pourra. Pour un virus que l’organisme en question soit jeune ou vieux, chinois, américain ou canadien, qu’il vive à Montréal ou à Kulusuk, s’il entre en contact avec lui, il tentera d’y entrer et de s’y multiplier. C’est à la fois aussi simple et aussi compliqué que cela.

Se résigner à nuancer

En réalité, la clé de voûte et le secret sont l’information. Il faudra se résigner à communiquer à la population, non pas une information dichotomique comme celle que l’on sert actuellement, mais une communication qui comporte toutes les nuances possibles de ce qui est connu à propos de ce virus qui ne cherche que toutes les opportunités possibles pour se multiplier.

Où sont les cours d’initiation à la microbiologie en ligne ?  Où sont les séances d’information complète où nos savants font état de leurs recherches et de l’augmentation de leurs connaissances sur le sujet. Où sont les moyens pédagogiques qu’on devrait mette à la disposition des enfants pour leur enseigner le plus tôt possible les avantages de la vaccination avant qu’ils ne soient inondés par les messages des groupes antivaccins et des amateurs de complots de tout acabit ?

Il est beaucoup moins exigeant de prendre la route de la facilité et de s’en tenir aux communiqués bien ficelés qui offrent cette vision dichotomique de la réalité que de prendre les moyens pour instruire réellement l’ensemble de la population. Nous pouvons convaincre les gens de porter leur masque, de rester confiner ou de garder leur distance par la règlementation, mais on devrait, à mon humble avis, surtout opter pour mieux les instruire et ainsi les responsabiliser. Victor Hugo écrivait : Tout ce qui augmente la liberté, augmente la responsabilité.